Droit de l'enfant - le délégué général

Imprimer la page

Le webinaire n°5 : En temps de pandémie, repenser l'école

Le webinaire n°5 : En temps de pandémie, repenser l'école

Avec Philippe MEIRIEU, chercheur, essayiste, spécialiste de l’éducation et de la pédagogie

 

Le point de départ :

Depuis le début de la pandémie, la réflexion autour de l’école, l’organisation de l’enseignement oscillent entre la nécessité de continuer à respecter les mesures de protection sanitaire et la poursuite de l’enseignement, malgré la présence du Covid-19, pour lutter contre les inégalités sociales et assurer la continuité des apprentissages. Toutes les formules proposées depuis le début de la crise ont eu un impact important sur les enfants et les jeunes victimes de détresse psychologique, d’isolement social, de décrochage scolaire, ou des conséquences de la fracture numérique, …

La pandémie a révélé, avec plus d’acuité encore, ce que nous savions déjà : au-delà de sa vocation de lieu privilégié de la transmission des savoirs, l’école est aussi un lieu de socialisation qui remplit une fonction citoyenne et sociétale fondamentale. Un lieu essentiel (le qualificatif à la mode) de vie pour les enfants et les jeunes.

Dans la foulée d’un précédent Comité de concertation (Codeco), la Ministre de l’Éducation, Caroline Désir, a annoncé la reprise de l’école en présentiel pour tous les élèves du fondamental et du 1er degré du secondaire après le congé de printemps et à 50% pour ceux des 2ème et 3ème degrés.

La décision de maintenir les évaluations communes externes (CEB, CE1D, CESS) a également été annoncée. L’objectif est, nous dit-on, d’assurer ainsi « la continuité du pilotage de l’enseignement ». Malgré les recommandations et les appels à la bienveillance, on ne sait pas grand-chose des modalités concrètes d’une reprise qui focaliserait sur le ressenti des élèves après tous ces mois de crise sanitaire. Pourtant, les cris d’alarmes se multiplient quant à la détérioration, notamment, de la santé mentale des enfants et des jeunes partout en Belgique.

Carte blanche :

Récemment, un collectif d’une douzaine expert.es de l’enfance et de la jeunesse, dont le Délégué général, décidait d’interpeller l’opinion et le monde politique au travers d’une carte blanche publiée dans le journal Le Soir dans laquelle il estimait que :

 

« (...) Face au mal-être des jeunes constaté de toutes parts, l’École doit élargir son approche et ne peut se focaliser uniquement sur l’acquisition des apprentissages. Traditionnellement, le mois de juin est consacré aux révisions et aux sessions d’examens avec à la clé la sanction des études. Sanction, vous avez bien lu ! Le poids des mots revêt toute son importance. Alors, affirmer qu’il faut tendre vers un retour au cadre d’évaluation le plus habituel possible est impensable. L’évaluation des élèves est une nécessité pour faire le point sur le niveau des acquis en vue de préparer les années suivantes, mais elle peut s’envisager de bien des manières, et surtout sans ajouter du stress à la situation pénible endurée. Les élèves ne peuvent faire les frais de la situation de crise en étant sanctionnés, ils doivent plutôt être accueillis, accompagnés et pris en compte avec empathie dans le retour à l’école. (...) Notre cri : que l’école s’autorise à organiser une fin d’année riche et enjouée pour tous les élèves en mobilisant les forces vives de notre société pour offrir à cette jeunesse tout ce dont elle a besoin pour se développer et s’épanouir au regard de la crise qu’elle a, elle aussi, subie . »

 

Le projet :

C’est sur base de ce constat que le Délégué général, en lien notamment avec la Fédération des Associations de Parents de l’Enseignement Officiel (FAPEO) et le Comité des Élèves Francophones (CEF), a décidé d’organiser un nouveau webin@ire, son cinquième depuis le début de la crise sanitaire. Ce rendez-vous aura pour objet de réfléchir aux aménagements nécessaires pour garantir une reprise scolaire qui veille à la restauration du bien-être des enfants et qui redonne du sens à leurs apprentissages tellement mis à mal depuis un an. La matinée permettra d’entendre plusieurs intervenants spécialistes de la thématique avant de répartir les participants en ateliers pour traiter de deux questions concrètes :

a)    Quelles balises installer pour aménager les prochaines semaines à l’école en tenant compte des difficultés psychiques et autres vécues par la grande majorité des enfants et des jeunes?

b)      Comment organiser la prochaine année scolaire pour garantir qu’une place importante soit accordée à l’accueil et au soin de tous les élèves en lien avec les conséquences de la pandémie?

La participation est libre et gratuite mais il faut absolument s’inscrire à l’événement pour recevoir le lien qui vous permettra de participer au webin@ire en visioconférence le 3 mai prochain entre 9 et 12 :30 via l’adresse email : dgde@cfwb.be jusqu’au vendredi 30 avril au plus tard.

Le programme (.pdf)

Les intervenants :

Philippe MERIEU, chercheur, essayiste et homme politique français, spécialiste de l’éducation et de la pédagogie.                   

Aleksandra KOKAJ, enseignante à l’école Decroly et coordinatrice pédagogique à l’École Plurielle Maritime.

Logan VERHOVEN, Coordinateur du Comité des Élèves Francophones (CEF).

 

L’enregistrement vidéo des intervenant.es est disponible sur la chaîne YouTube du Délégué général aux droits de l’enfant que vous trouverez sous ce lien https://www.youtube.com/channel/UCSA1cB79yD8RrPoeg6bctCw/featured​. Nous vous invitons à vous y abonner pour rester informé.es à propos de l'actualité et des activités de notre institution. 

Lors du webinaire, des ateliers, de trente minutes chacun, ont traité de deux questions distinctes en lien avec les urgences, à court et moyen terme, pour les enfants et les jeunes à l’école : d’abord pour envisager la meilleure manière d’organiser la fin de l’année académique 2020/2021 en tenant compte de leurs difficultés; ensuite sur les aménagements nécessaires pour permettre une rentrée de septembre dans le meilleur intérêt des élèves.  

La synthèse de ces ateliers se trouve dans ce document (.pdf)